La sécheresse, impitoyable en Inde

Introduction par Maude et Vickie

      Depuis des centaines d’années, la planète, les sociétés et les individus sont en constante évolution. À vrai dire, cette évolution engendre des bienfaits, mais aussi des effets néfastes sur l’environnement. C’est d’ailleurs le cas en Inde, le deuxième pays le plus peuplé de la planète, où « Depuis aout 2015, onze États ont en effet déclaré officiellement avoir été touchés par la sécheresse. » [1] Il va de soi que les changements climatiques sont la principale cause de cette sécheresse. Ces changements néfastes causés par la pollution engendrent notamment des chaleurs extrêmes, ainsi qu’un déficit de précipitations lors des moussons annuelles. Le sous-développement du pays est également un facteur nuisible à cette catastrophe. De ce fait, la sécheresse en Inde est une situation critique pour la santé générale du peuple et a des effets néfastes sur l’agriculture et sur l’électricité. Dans ces circonstances, comment peut-on expliquer la sécheresse en Inde affectant le Nord et l`Ouest du pays depuis un moment ?

 

 1.Causes de la sécheresse par Maude

1.1 Changements climatiques

Tout d’abord, la sécheresse qui touche le quart de la population indienne est principalement causée par les changements climatiques. Les changements climatiques représentent l’augmentation de la température moyenne à la surface de la terre. Ils sont causés par l’augmentation des gaz à effet de serre d’origine anthropique dans l’atmosphère, donc causé par l’activité humaine.[2] Ces changements ne sont pas sans conséquence. En réalité, ce phénomène peut entraîner des dommages importants, notamment l’augmentation d’événements climatiques extrêmes (sécheresses, inondations, cyclones, etc.), l’augmentation de la menace sur les ressources d’eau douce, créer des difficultés agricoles, etc.

 

 1.1.1 Déficit des précipitations (Moussons/El niño)

       Ces changements de température ont de graves conséquences sur la planète, notamment au Nord et à l’Ouest de l’Inde où un déficit de précipitations, parmi les plus faibles des dernières décennies, a entrainé une crise généralisée. En effet, causé par les changements climatiques, un phénomène climatique particulier appeler El Niño a provoqué un déficit de précipitations en Inde au courant des dernières années. Le phénomène El Niño se caractérise par des températures anormalement élevées de l’eau dans la partie Est de l’océan Pacifique Sud, ce qui a pour conséquence une perturbation dans la circulation atmosphérique. Son apparition déplace vers l’Est les zones de précipitations dans l’océan Pacifique.[3] En bref, El Niño est le principal responsable de la sècheresse en Inde, car il déplace les précipitations de la mousson, qui est crucial en Inde.

 

1.1.2 Chaleurs extrêmes

Malheureusement, ce phénomène climatique particulier n’est pas la seule conséquence des changements climatiques sur l`Inde. En effet, l’augmentation de la température moyenne à la surface de la terre a également entrainé des chaleurs extrêmes sur l’ensemble du pays. Les températures dépassent régulièrement les 40 °C dans le nord du pays en mai et juin, mois les plus chauds de l’année. Ces vagues de chaleurs extrêmes assèche les terres et leprecipitations réseaux hydrographiques du pays, qui en plus subisse une forte diminution de précipitations. Donc, la sécheresse du pays devient plus importante que jamais lorsque ces vagues de chaleurs extrêmes frappe l’Inde. En conclusion, les principales causes de la sécheresse en Inde sont dut aux changements climatiques qui ont causé la diminution des précipitations et des vagues de chaleurs extrêmes sur l’ensemble du pays. Cependant, ils ne sont pas les seuls à blâmer pour cette sécheresse destructrice.

 

1.2 Sous-développement

En fait, le sous-développement du pays n’aide pas les habitants de l’Inde à se sortir de cette période critique. Évidemment, la pauvreté n’est pas un facteur naturel pouvant causer une sécheresse. Malgré tout, elle reste un facteur nuisible à cette catastrophe. Le sous-développement du pays est une cause de la sécheresse en Inde, car les systèmes d’irrigation d’eau sont médiocres et ne permettent pas au pays d’économiser l’eau. Sans de bon système d’irrigation d’eau, les agriculteurs comptent uniquement sur la mousson pour leur récolte. Donc, lors d’un déficit de précipitations et des vagues de chaleurs extrêmes, les habitants de l’Inde se retrouvent privés de nourriture et d’eau. Ce qui met le pays en situation critique. Somme toute, plusieurs causent peuvent être à l’origine de la sécheresse touchant le Nord et l’Ouest de l’Inde. Les changements climatiques et le sous-développement du pays sont les deux principales causes de cette catastrophe qui engendre de graves conséquences. Les changements climatiques et le sous-développement du pays sont les deux principales causes de cette catastrophe qui engendre de graves conséquences.

 

 2.Conséquences de la sécheresse par Vickie

2.1 Santé des individus

2.1.1 Victimes

Effectivement, la sécheresse est impitoyable en Inde. Elle a de graves conséquences, notamment sur la santé des individus. « Plus d’une centaine de personneXVMbd41dc9e-0602-11e5-b4c8-9abb943a6d28-805x453s sont décédées en Inde à cause de la canicule. Plus de 330 millions d’Indiens sont touchés par la sécheresse sur l’ensemble du territoire. »[4] Alors que le peuple subi d’intense vagues de chaleurs qui tue plus d’une centaine de personnes, le manque d’eau crée une situation de crise en Inde. Le quart de la population indienne est affectés par la sècheresse, ils sont déshydratés et les chaleurs accablantes leur enlève toute énergie restante. Parmi les régions en situations de crise se trouve la ville de Bombay, ville la plus peuple de l’Inde comptent plus de 12 millions d’habitants. La déshydratation mène à la dégradation de l’état de santé, ce qui augmente les risques de maladies et de mort. Sans compter que la déshydratation peut mener à la mort, elle n’est pas la principale cause de mortalité.

2.1.2 Morts (suicides)

« En effet, les paysans endettés, ruinés après les mauvaises récoltes, incapables de nourrir leur famille, se donnent la mort par milliers. 3 228 agriculteurs se sont suicidés l’année dernière dans ce seul État du Mahārāshtra, ce qui en fait de loin la région la plus touchée par ce fléau. Et les derniers chiffres disponibles, datant de janvier, montraient que cela se poursuit, à un rythme de plus de trois suicides par jour. »[5]

Le nombre de suicide à énormément augmenter suite aux deux années de déficit des moussons annuelles. La sècheresse à empêcher le déroulement normal de l’agriculture en Inde, ce qui à beaucoup affecter le peuple, puisqu’il s’agit du principal secteur d’emplois au pays. Alors, les paysans se retrouve sans emplois, sans récolte et endettes. Le nombre de suicide atteint un taux record. Somme toute, la sècheresse a de graves conséquences sur la sante du peuple indien qui souffre de déshydratation extrême, chez qui le nombre de suicide ne cesse d’augmenter. Plusieurs millions de personnes sont assoiffés à cause des conséquences des changements climatiques. Mais ce n’est pas seulement le peuple qui en subie les conséquences, mais l’État en entier.

 

2.2 Moyens de subsistance

2.2.1 Agriculture

Par ailleurs, la sécheresse actuelle en Inde joue un rôle sur l’agriculture en Inde et le manque d’électricité ne facilite pas la vie des gens qui y habitent. En fait, c’est principalement le réchauffement climatique qui est en cause des contraintes naturelles de plusieurs pays, comme c’est le cas de l’inde. Le nombre d’événements comme des inondations, des sécheresses, l’augmentation du niveau de la mer et des vagues de chaleur ont augmenté de fréquence et d’intensité depuis quelques années.[6] Dans cet ordre d’idée, les sécheresses et les précipitations ont des effets néfastes sur les principales ressources des indiens, soit l’agriculture et l’électricité.

Comme ment5126656489_46361de5e3_b.jpgionné précédemment dans les causes de période sèche, la mousson affecte la production de blé d’un grand nombre d’agriculteurs. En effet, « la faiblesse de la mousson a aggravé la sécheresse endémique de certaines régions : les autorités ont dû décréter une réduction de 36 % des terres à blé au Rajasthan.»[7] Un des principaux besoins des êtres humains est de se nourrir et une partie de la population de l’Inde y arrive grâce aux produits alimentaires qu’ils récoltent. Une longue période sans pluie n’est pas favorable aux bonnes récoltes et diminue rapidement les réserves d’eau du pays. À vrai dire, le professeur Ghislain de Marsily qui enseigne à l’université de Paris-VI-Pierre et-Marie-Curie a écrit  un fait important qui démontre l’importance de l’agriculture dans le monde. Il mentionne que « les besoins augmentent avec l’explosion démographique incontrôlée. Aujourd’hui, trois céréales, le blé, le maïs et le riz, chacune à raison de 700 millions de tonnes par an, fournissent 60% de la nourriture mondiale. »[8]

2.2.2 Électricité     

Par la suite, l’électricité est un moyen de subsistance qui est directement affecté par la période actuelle de grande sécheresse en Inde. Les centrales nucléaires sont refroidies avec de l’eau donc s’il ne pleut pas et que les chaleurs sont intenses, elles sont coupées et l’électricité ne fonctionne plus. De plus, les réfrigérateurs et la climatisation sont en forte demande pendant les périodes sans précipitation.[9] Dans un autre ordre d’idée, plusieurs familles en Inde n’ont pas accès à l’électricitédes-femmes-portent-du-charbon-tire-d-une-mine-a-ciel-ouvert-en-inde_5800067 et se servent de charbon pour produire de la lumière et subvenir à leur besoins. Cependant, la grande consommation de charbon à un impact direct sur le réchauffement climatique. Dans un documentaire choc réalisé par Léonardo Dicaprio, des faits importants sont partagés et permettent de comprendre une des principales conséquences de la sécheresse, dans laquelle l’accès à l’eau n’est pas possible pour plusieurs donc, l’accès à l’électricité également. « L’Inde est le troisième plus gros pollueur alors que 300 millions de ses habitants vivent sans électricité et 700 millions de ménages utilisent la biomasse comme source d’énergie. L’Inde est dotée d’une grande ressource de charbon, une énergie bon marché pour les couches les plus pauvres du pays. Lorsque ces catégories d’Indiens auront accès aux énergies fossiles, l’avenir de l’espèce humaine sera cuit.»[10] mentionnent les experts en climatologie qui ont fait équipe avec Léonardo Dicaprio pour la réalisation du documentaire.

 3. Solutions par Maude et Vickie

3.1 Source d’énergie renouvelable

      Toutefois, plusieurs solutions sont envisageables pour l’Inde afin de réduire l’impact des changements climatiques et ainsi, réduire les conséquences de la sècheresse qui touche le Nord et l’Ouest du pays indien. Tout d’abord, il serait important de réduire l’augmentation des gaz à effet de serre d’origine anthropique dans l’atmosphère, et ce, au niveau mondial.

Au cours du dernier siècle, les émissions cumulées de GES sont pour les 4/5 liées à l’industrialisation, aux transports et consommations des pays développés. Mais l’industrie soviétique dans un passé récent, celle de Chine ou de l’Inde actuellement, sont fortement consommatrices d’énergie, notamment de charbon dont la Chine est le premier producteur mondial. D’ici 2020, si les tendances actuelles se poursuivent, plus de la moitié des émissions des GES viendra des grands pays en voie de développement et d’abord de la Chine et de l’Inde.[11]

En effet, les productions d’énergie primaire de l’Inde, notamment le charbon, le pétrole et les gaz naturels, sont tous des causes de l’augmentation des gaz à effets de serre nocifs. De ce fait, développer les sources d’énergies renouvelables serait un premier pas pour tous les pays producteurs de GES. En ce qui concerne l’Inde, une amélioration de leur système d’énergie solaire pourrait être une excellente alternative. Classer au premier rang mondial pour le potentiel solaire selon une étude de cabinet McKinsey, l’Inde est un pays ou la lumière du soleil est disponible avec intensité, de longues heures par jour. En mettant à jour leurs filières solaires thermiques, les risques de pertes seraient moins élevés et le rendement d’énergie solaire permettrait au pays de produire moins de pollution. Donc, en réduisant la production de gaz à effets de serre, l’Inde réduirait en même temps les conséquences qu’on les changements climatiques sur le pays actuellement, qui est accabler par la sècheresse. Aussi, une autre solution serait envisageable pour le peuple indien afin de mieux traverser cet période de crise.

3.2 Amélioration systèmes d’irrigations d’eau

     Malgré leur statut de pays en voie de développement, l’Inde reste toutefois un pays très pauvre. Étant le quatrième producteur agricole mondiale, il est donc exact de dire que la sècheresse en Inde est un véritable problème pour leur économie. En améliorant leur système d’irrigation d’eau, le peuple indien ne dépendrait plus des moussons annuelles pour leur agriculture. « En rendant l’agriculture indépendante de la pluviosité, l’irrigation lui permet une diversité extrême et une production en continue au cours de l’année. » [12] En plus d’éviter les pertes, un bon système d’irrigation d’eau permettrait aux agriculteurs de cultiver annuellement leur récolte. Donc, ceux qui auparavant dépendait des moussons annuelles, pourrait effectuer leur travail et ce, même si les précipitations sont en déficit dû aux conséquences des changements climatiques. Somme toute, plusieurs solutions sont possibles pour réduire les impacts de la sècheresse en Inde. Tout d’abord, réduire la production de gaz à effet de serre en améliorant les systèmes produisant de l’énergie naturelle serait la meilleure chose à faire au niveau mondial. De plus, améliorer les systèmes d’irrigations est une autre solution que pourrait envisager le peuple indien afin de pouvoir continuer leur agriculture annuellement, sans être dépendant des précipitations.

 

Conclusion par Maude et Vickie

      Compte tenu de ce qui précède, plusieurs causes sont à l’origine de la sécheresse au Nord et à l’Ouest de Inde. Cependant, la principale cause de ce phénomène naturel sont les changements climatiques. Ceux-ci engendre un déficit de précipitations lors des moussons annuelles du pays, ainsi que des chaleurs extrêmes. De nombreuses conséquences graves sont liées à ce problème et ont un impact sur l’agriculture, l’électricité et l’accès à l’eau des habitants en Inde actuellement . Quoi qu’il en soit, il serait intéressant d’analyser la situation critique du pays avec l’optique de trouver des solutions pour remédier à la sécheresse et pour veiller au bien être de chaque individu. Notamment en commençant par réduire la production de gaz à effet de serre en prônant l’énergie naturelle, ainsi qu’en développement leurs systèmes d’irrigation d’eau.

 

 

[1] GUINARD Antoine «Sécheresse en Inde : un «manque de volonté» pour lutter contre ce fléau? », RFI Les voix du monde, 2016 [en ligne] http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20160513-inde-secheresse-fleau-climat-etat-cour-supreme-procedure-justice (page consultée le 26 septembre 2017)

[2] Dollfus, Olivier. « Mondialisation et gaz à effet de serre ». In : Espace géographique, tome 28, n°1, 1999. p. 29-35 ; [document électronique]. http://www.persee.fr/doc/spgeo_0046-2497_1999_num_28_1_1216, [page consultée le 10 novembre 2017]

[3] Dayan, Hugo. « El Niño : tensions entre forces « naturelles » et forces « anthropiques » ». In : Communications, 95, 2014. Les incertitudes. pp. 131-156 ; [document électronique] http://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_2014_num_95_1_2749 [page consultée le 10 novembre 2017]

[4] GUINARD Antoine « Sécheresse en Inde : un « manque de volonté » pour lutter contre ce fléau ? », RFI Les voix du monde, 2016 [en ligne] http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20160513-inde-secheresse-fleau-climat-etat-cour-supreme-procedure-justice  (page consultée le 9 novembre 2017)

[5] FARCIS, Sébastien « Inde : le désespoir des agriculteurs suite à une terrible sècheresse », RFI Les voix du monde, 2016 [en ligne] http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20160411-inde-maharashtra-secheresse-agriculteurs-suicide-corruption (page consultée le 9 novembre 2017)

[6] François GEMENNE, Catastrophes, Changement Climatique et Déplacements forcés, Liège, University of Liège, 2014, p.6.

[7] Julien BOUISSOU « Inde : un quart de la population est touché par une grave sécheresse », Perspectives Asiennes, 2016 [en ligne]  http://www.perspectives-asiennes.org/2016/04/26/inde-un-quart-de-la-population-est-touche-par-une-grave-secheresse-en-savoir-plus-sur-httpwww-lemonde-frplanetearticle20160422inde-un-quart-de-la-population-est-touche-par-une-gravesecheres/ (page consultée le 9 novembre 2017)

[8] Ghislain de MARSILY, «Les défis de l’eau» Encyclopædia Universalis, 2017, [en ligne]  http://ezproxy.cegepgarneau.ca:2082/encyclopedie/eau-les-defis-de-l-eau/ (page consultée le 9 novembre 2017)

[9] Notre-planete.info, «Definition : sécheresse» Encyclopædia Universalis, 2017, [en ligne]  https://www.notre-planete.info/terre/risques_naturels/secheresse.php ibid

[10] Stevens FISHER, «Before the flood», Appian Way Production, 2016, [en ligne] http://glamconscious.fr/before-the-flood-dicaprio/

[11] Dollfus, Olivier. « Mondialisation et gaz à effet de serre ». In : Espace géographique, tome 28, n°1, 1999. p. 29-35 ; [document électronique]. http://www.persee.fr/doc/spgeo_0046-2497_1999_num_28_1_1216, [page consultée le 10 novembre 2017]

[12] Gottmann, Jean. « L’irrigation ». In : L’information géographique, volume 3, n°4, 1939. p. 153-157; [document électronique]. http://www.persee.fr/doc/ingeo_0020-0093_1939_num_3_4_4930, [page consultée le 10 novembre 2017]

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s